Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

Au Brésil, un évangéliste à la tête du département chargé des peuples isolés!


Depuis son élection, le président Bolsonaro n’a pas caché son désir d’ouvrir l’Amazonie et les territoires autochtones à l’industrie minière et à l’élevage. 
Dans la continuité de ses politiques anti-autochtones, Il vient de nommer un missionnaire évangéliste qui sera chargé à la Funai de la coordination de la politique de protection des peuples isolés!

Déclaration de l’Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB) :
Refus à la nomination d’un missionnaire évangélique pour gérer la politique de protection des peuples isolés.

L’Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB), avec plusieurs organisations autochtones, indigénistes et de défense des droits humains du Brésil, rejette fermement l’information selon laquelle la présidence de la Fondation Nationale des Indiens (Funai) prépare la nomination d’un pasteur évangélique lié aux activités de prosélytisme de la Mission des Nouvelles Tribus du Brésil (MNTB), organisation missionnaire d’origine états-unienne, pour assumer la Coordination générale des Indiens isolés et de Contact récent de la Funai. 

Les conséquences néfastes des activités de prosélytisme envers les peuples autochtones isolés du territoire brésilien sont connues à travers l’histoire. Il existe d’innombrables situations où les contacts forcés causés par des groupes missionnaires, y compris ceux liés au MNTB, ont entraîné un nombre élevé de décès dus à des maladies, à des perturbations socioculturelles et à la déterritorialisation.

La FUNAI, dirigée par un délégué de la police fédérale, nommé par les groupes représentant les propriétaires terriens, continue, avec cette loi, portant atteinte aux droits des peuples autochtones, démantelant l’organisme fédéral autochtone et la politique de non-contact avec les peuples autochtones isolés qui a commencé en 1987 et qui a une reconnaissance internationale.

Au lieu de rechercher du personnel technique compétent au sein de la Fondation, avec une expérience de travail avec des peuples isolés, des capacités techniques et une personne qui s’aligne sur les préceptes constitutionnels du respect de l’autonomie des peuples autochtones, la FUNAI cède à des intérêts évangéliques et prosélytes, sapant une politique laïque de respect des peuples autochtones et défiant ce que la Constitution de 1988 détermine.

Nous dénonçons, une fois de plus, le démantèlement rapide des politiques publiques envers les peuples autochtones par le gouvernement de Bolsonaro, par la soumission de politiques autochtones aux intérêts des groupes religieux qui soutiennent leur gouvernement et, dans de nombreux cas, aux groupes des grands propriétaires terriens intéressés aux terres traditionnellement occupées par ces peuples. Il s’agit d’une autre situation sujette à la violation des droits humains intentionnellement causée par le gouvernement actuel, qui pourrait entraîner la mort physique, socioculturelle et spirituelle des peuples autochtones isolés et récemment contactés vivant au Brésil.

Les peuples autochtones du Brésil et leurs organisations représentatives continueront de lutter contre les mesures anti-autochtones du gouvernement Bolsonaro et en faveur d’une politique indigéniste républicaine et laïque qui fera respecter les droits des peuples autochtones inscrits dans la Constitution de 1988.