ICRA vous informe...
mailing-list
Inscrivez-vous à nos mailing-list! et recevez toutes nos informations sur les peuples autochtones.

Actions urgentes

Bulletin d'Action Urgente : Stop à l'expulsion des Ogiek de la forêt de Mau

L'expulsion des Ogiek de leur forêt de Mau se poursuit malgré les décisions de justice.

Malgré les nombreuses protestations internationales et les décisions de la Haute Court kenyane, les expulsions de la forêt de Mau au Kenya ont redoublé depuis le début juin 2005. Suivant notre appel de mars qui n’a pas été suffisant, nous vous invitons à faire à nouveau pression sur les autorités kenyanes pour que cesse cet affreux scandale politico-écologique. Les Ogiek ont absolument besoin de votre soutien.


La forêt de Mau est une forêt de très grande valeur écologique aujourd'hui gravement menacée par les activités humaine. Les Ogiek, anciens chasseurs-cueilleurs, sont les autochtones de cette forêt du Kenya. Depuis plusieurs décennies la forêt a été vendue de manière anarchique à de nombreux colons. De puissantes sociétés forestière ont également exploité de manière illégale cette forêt et en ont détruit des milliers d'hectare (voir Ikewan n°56, avril 2005). Les conséquences aujourd'hui sont dramatiques avec notamment une perte importante de biodiversité et l'assèchement de plusieurs rivières importantes de la plaine toute proche.


Depuis le début de l'année et de manière plus intense depuis le début du mois de juin, les expulsions se sont déroulées indistinctement entre "squateurs" et Ogiek, pourtant peuple indigène de la forêt de Mau. Cette expulsion de plusieurs dizaines de milliers de personnes se poursuit dans la violence, malgré les injonctions répétées de la Haute Court kenyane, bafouées par les autorités. Il est fait état d'écoles brûlées, de viols, de vols et de centaines de maisons détruites par les forces de l'ordre et cela dans le mépris des droits les plus élémentaires repris dans la constitution et dans le droit international. Plus de 3500 Ogiek ont déjà été expulsés dont au moins 3000 sans abris. Au total 10 000 Ogiek sont menacés d'expulsion.


Dans ce drame humain, le WWF et d'autres organisations environnementalistes jouent un rôle très ambigu en étant favorables à cette expulsion. À ce jour, le WWF-Afrique de l'Est a refusé de condamner les violences à l'égard des civils et l'injustice subie par les Ogiek.

. Pour encore d'autres informations, surfez sur www.ogiek.org (en anglais).

Agissons ! Demandons aux autorités kenyanes de respecter les injonctions de la Haute Court kenyane et d'épargner les Ogiek de toute expulsion. Demandons que soient pris en compte à la fois la protection de la nature, la défense des droits humains et les respect des droits territoriaux imprescriptibles du peuple autochtone de la forêt de Mau : les Ogiek. Demandons au WWF de réagir publiquement pour condamner les violences et admettre le droit des Ogiek à leur terre ancestrale.


Le message sera envoyé à :

  • Emilio Mwai Kibaki, Président de la République kenyane.

  • Kiraitu Murungi, Minisitre de la Justice et des Affaires constitutionelles.

  • Francis ole Kaparo, Président de l'Assemblée Nationale.

  • Le bureau kenyan du WWF-Eastern Africa

  • Une copie à ICRA International pour évaluer de l'ampleur de la campagne.


Comment faire ?

1. Copiez le contenu du message entre les deux repères ###

2. Cliquez sur un des lien ci-dessous (selon votre pays), une fenêtre de nouveau message avec les adresses et un sujet devraient apparaître, si ce n'est pas le cas suivez les instructions plus bas* : Cliquez ici pour envoyer un message,
3. Changez le sujet du message à votre envie (le sujet est mis par défaut, la variabilité des sujets limite les chances de classement vertical du courrier).
4. Collez le contenu du message (entre ###)
5. Modifiez éventuellement le texte à votre convenance, mettez votre nom et adresse et signez
6. Envoyez-le !

*Si la fenêtre ne s'ouvre pas, suivez les instructions suivantes :
1. Ouvrez un nouveau message et copiez les adresses ci-dessous comme destinataire :

2. Copiez le message ci-dessous entre ###
3. Collez le message entre ### dans le nouveau message
4. Modifiez éventuellement celui-ci à votre convenance, mettez votre nom et adresse et signez
5. Rajouter un titre de votre choix au courrier
6. Envoyez-le !


###
Prénom, Nom
Adresse
Localité
Pays



Your Excellency,

The Kenyan government continues to evict people from the Mau Narok forest west of Narok and over 3,000 Ogiek so far are homeless. The total number of Ogiek evicted in Narok district numbers over 3,500 people. If the exercise is not halted and dialogue sought over 10,000 Ogiek people will be affected.

Despite the fact that the Ogiek are the original inhabitants and the territorial owners of the Mau forest, they continue to suffer in the hands of Kenyan authorities.


The Government has not come up with clear eviction policies and on housing rights hence contravening the constitution of Kenya.


I am appealing the Government of the Republic of Kenya to reconsider its decision and spare the Ogiek further harassment and eviction. I ask everyone to find a solution good for the nature and respecting the people.

I further appeal to the environmental organisation supporting Mau Forest conservation to condemn the violence of these last days and to admit the Ogiek’s right to live on their homeland.


Yours sincerely,

###



Traduction de la lettre :

Votre Excellence,

Le gouvernement kenyan continue d’expulser des gens de la forêt de Mau de Narok à l’ouest de Narok et plus de 3000 Ogiek à ce jour sont sans-abris. Le nombre total d’Ogiek expulsés dans le district de Narok se mont à plus de 3500 personnes. Si l’opération n’est pas arrêtée et le dialogue recherché, plus de 10 000 Ogiek seront touchés.

Malgré le fait que les Ogiek soient les habitants aborigènes et les propriétaires territoriaux de la forêt de Mau, ils continuent de souffrir dans les mains des autorités kenyanes.

Le Gouvernement n’a pas proposé de politique claire d’expulsion et a de ce fait contrevenu à la constitution du Kenya en ce qui concerne le droit au logement.

J’appelle le Gouvernement de la République du Kenya à reconsidérer sa décision et à épargner les Ogiek d’autres tracasseries et expulsions. Je demande à tous de trouver une solution bonne pour la nature et respectant les gens.

J’appelle également les organisations environnementales supportant la conservation de la forêt de Mau à condamner la violence des ces derniers jours et à admettre le droit des Ogiek à vivre sur leur territoire.

Veuillez agréer, ...