ICRA vous informe...
mailing-list
Inscrivez-vous à nos mailing-list! et recevez toutes nos informations sur les peuples autochtones.

Actions urgentes

Tanzanie : les Hadzabe menacés par le tourisme de luxe

Plusieurs centaines de chasseurs-cueilleurs Hadzabe de la vallée de Yaida en Tanzanie sont menacés d’expulsion par la possible attribution à une compagnie de safaris d’une concession sur leur terre ancestrale. Agissez en envoyant un mail ou un courrier de protestation.
Les efforts de la Tanzania UAE Safari Ltd Company pour s’assurer le contrôle d’une concession de chasse dans cette vallée du district de Karatu présentent un danger direct pour la survie d’un des plus anciens groupes ethniques d’Afrique, les Hadzabe.

Si cette concession de chasse est accordée, les Hadzabe perdront leurs principaux moyens de subsistance : la chasse et la cueillette. Ils deviendront des étrangers sur leur propre terre, avec des conséquences dramatiques pour leur survie en tant que peuple distinct. Le malheureux destin des groupes Aasax et Akiek confrontés aux mêmes pressions en est le tragique exemple.

La Tanzania UAE Safari Ltd Company appartient à des membres de la famille royale des Emirats arabes unis, dont le prince Hamdan bin Zayed et Mohamed bin Zayed, chef des forces armées des Emirats arabes unis.

L’an passé une concession de chasse de 4000 hectares a été concédée à cette même compagnie par les autorités du district de Mbulu situé à environ 200 km au sud-ouest d’Arusha et voisin du district de Karatu. La compagnie y a déjà dressé une base et la chasse commerciale et sportive pour grosses fortunes a commencé : entre temps, les Hadzabe ont été priés de quitter les lieux !

A présent, la compagnie de safari veut étendre son domaine de chasse réservée et a fait une demande auprès du district de Karatu afin d’obtenir une concession de 3975 km2 de terre dans la vallée de Yaida (incluant le lac Eyasi), au cœur des terres ancestrales hadzabe.

Envoyez un courriel de protestation à l’ambassade de Tanzanie en France ou en Belgique

1. Ouvrez un nouveau message dans votre boîte de courrier électronique
2. Copiez l'adresse info@amb-tanzanie.fr (ou tanzania@skynet.be pour la belgique) et collez-la dans le message comme destinataire
3. Copiez le message entre #### ci-dessous et collez le dans votre nouveau message.
4. Ajoutez un sujet/titre
5. Remplissez vos coordonnées, signez et envoyez le message !

####
Excellence,

Efforts by the Tanzania UAE Safari Ltd Company to secure a hunting concession in the Yaida Valley in Karatu District present a direct threat to the survival of one of Africa's oldest ethnic groups, the Hadzabe.

In the event this hunting concession is ceded, the Hadzabe will loose their main practices of subsistence: hunting and fruit-gathering. They will be strangers on their own land with dramatic consequences for their survival as a distinct community. Last year the same company obtained from Mbulu District authorities a 15,444 square miles (40,000 km2) hunting concession located approximately 200 kms to the southwest of Arusha and the neighboring Karatu District. The company already implemented a base camp there and commercial and sport hunting for rich people began. Meanwhile, the Hadzabe have been asked to leave.

Today, the safari firm wants to enlarge its hunting reserve and applied for a 1534,8 square miles (3,975 km2) concession nearby the Karatu District in the Yaida Valley (including the Lake Eyasi), right in the middle of the habzabe ancestral homeland.

Hadzabe people are seeking a way to negotiate a sustainable solution between themselves, the District Council and the firm which will allow them to preserve their way of living and unique cultural system in their aboriginal territory as they realize that loosing their land would mean the end of their lifestyle.

We are extremely concerned about the impact this project of concession leased out to a safari company specializing in luxury tourism and sport hunting will have, in case the concession is ceded, on the Hadzabe who struggle for life on their ancestral territory hunting and fruit-gathering, and we want to ask you to :

- refuse the grant of a concession to the Tanzanian UAE Safari Ltd Company,
- to consult indigenous communities for any project involving their territory,
- to respect the Hadzabe's now recognized rights at international level on their ancestral territory (collective property, cultural and way of life preservation)

Trusting that your Government will take into consideration the concerns expressed in this letter, we remain yours very truly,

Nom :
Prénom :
Adresse :
Pays :


####

Traduction de la lettre en français

Vous pouvez également envoyer un courrier postal à l’ambassade de Tanzanie en France (ou en Belgique , ou en Suisse ).
N’oubliez pas de signer la lettre et de mentionner vos noms et coordonnées postales.

Contexte

En mai dernier, Richard Baalow, l’un des porte parole des Hadzabe, qui essaye d’aider sa communauté dans ses revendications auprès des autorités, a été arrêté par la police tanzanienne (et remis en liberté peu après). Pour les organisations des Droits de l’Homme tanzaniennes, cette arrestation est une intimidation pour réduire l’opposition des Hadzabe à l’implantation de la compagnie sur leur terre.

Les Hadzabe sont conscients que la décision concernant la concession de la vallée de Yaida sera prise au niveau des plus hautes autorités du pouvoir tanzanien qui semble bien peu intéressé par le devenir de quelques centaines de personnes pratiquant la chasse et la cueillette.

Pourtant, ils continuent à chercher une solution durable entre eux, le district et la compagnie qui pourrait leur permettre de conserver leur mode de vie et de pratiquer leur culture unique sur leur territoire originel car ils sont bien conscients que la perte de ce territoire signifierait pour eux le début de la fin.

Les Hadzabe ont proposé une série d’action pour promouvoir le dialogue, la paix et la tolérance entre les parties :
- dialogue entre les autorités et les communautés
- demande au président de ne pas accorder la concession
- appel à la famille royale des Emirats arabes unis de considérer la vulnérabilité des Hadzabe
- appel à la médiation de Mr Stavenhagen, rapporteur spécial de l’UN pour les Droits des peuples autochtones.
Les Hadzabé, un des plus anciens peuples d’Afrique, représentent une population de 1 000 à 2 000 personnes et parlent une langue à click, comme les Bushmen.

Peuple de chasseurs-cueilleurs dépendant étroitement d’un espace territorial suffisant et de ses ressources naturelles, ils vivent de chasse et de cueillette et se regroupaient dans de petits campements nomades de huttes de branchages organisés selon une structure égalitaire.

Aujourd’hui, certains d’entre eux vivent dans des campements fixes mais ils continuent de nomadiser dans le bush en quête de nourriture car leur environnement est plus adapté au nomadisme qu’à l’agriculture sédentaire.

Fin de la campagne

La Tanzania UAE Safari Ltd Company a annoncé courant novembre 2007 qu’elle renonçait à ses projets de safari et de chasse pour clientèle fortunée dans la vallée de Yaida et la région du lac Eyasi au cœur des terres ancestrales hadzabe.

La résistance des Hadzabe et le soutien des organisations de défense des peuples autochtones ont donc réussi à faire entendre la voix de la raison à cette compagnie de safari et permis aux Hadzabe de conserver leur mode de vie .