ICRA vous informe...
mailing-list
Inscrivez-vous à nos mailing-list! et recevez toutes nos informations sur les peuples autochtones.

Actions urgentes

Sarawak : Construction d’hôtel de luxe au mépris de la forêt pluviale

Le Bruno Manser Fonds (bmf) nous informe qu’ACCOR, le premier groupe hôtelier européen, participe au projet hôtelier controversé NOVOTEL HINTERHILL au Sarawak (Malaisie).
Le Bruno Manser Fonds exige que le groupe ACCOR se retire de ce projet d'hôtel.
ICRA soutient la campagne du bmf et vient d’écrire à la direction d’Accor en France.
Vous pouvez vous aussi vous opposer à ce projet en signant la pétition.
Selon les plans de l'entreprise ACCOR, l'hôtel de 4-5 étoiles actuellement en construction à Kuching, la capitale du Sarawak, devrait compter 388 chambres réparties sur 23 étages. Il est réalisé en partenariat avec le groupe de bois tropical malais Interhill.

“Interhill déboise la forêt pluviale tropicale du Sarawak depuis la fin des années 1980 et joue un rôle de premier plan dans la destruction permanente des bases vitales des Penan” a fait savoir Lukas Straumann, directeur du Bruno Manser Fonds. “La collaboration d'ACCOR avec Interhill nous choque, car cela va à l’encontre des standards écologiques et sociaux d'ACCOR.

Les Penan luttent depuis la fin des années 1980 en érigeant des barricades sur les routes forestières empruntées par la société Interhill, laquelle sévit dans une concession de 50 000 hectares de forêt tropicale. Pour imposer ses intérêts face à la population locale, Interhill a déjà engagé des hommes de main armés afin d'intimider de diverses manières les Penan. En outre, l'automne dernier, le Bruno Manser Fonds a porté au grand jour le fait que les ouvriers d'Interhill avaient dans plusieurs cas abusé sexuellement de femmes et d'adolescentes Penan.

Totalisant 150 000 employés et un chiffre d'affaires annuel de 7,7 milliards d'euros (2008), ACCOR est le premier groupe hôtelier d'Europe. Le Board of Directors de l'entreprise voit notamment siéger l'ancien ministre des finances allemand Theo Waigel, un politicien d'envergure en Allemagne. En Suisse, ACCOR exploite 47 hôtels, dont six NOVOTEL à Zurich, Berne, Genève et Lausanne.

Pour plus d’informations sur cette campagne du bmf
Pour signer la pétition

La lettre d’ICRA à ACCOR

Suivi de Campagne

Premiers succès de la campagne du bmf contre Interhill et Accor - mars 2009

Le mois dernier, ICRA relayait la campagne du Bruno Manser Fonds afin qu’ACCOR, le premier groupe hôtelier européen, se retire du projet hôtelier controversé NOVOTEL HINTERHILL au Sarawak (Malaisie).
La collaboration avec les bûcherons malais remet en cause la crédibilité du plus grand groupe hôtelier d'Europe. ACCOR prévoit une rencontre avec le Bruno Manser Fonds.

Plus de 7000 signataires (sur le site du bmf) de Suisse, de France et d'autres pays exigent le retrait d'ACCOR du projet d'hôtel controversé “Novotel Interhill” en Malaisie. C'est le bilan que tire le Bruno Manser Fonds deux semaines seulement après le lancement d'une pétition dans le cadre de sa dernière campagne contre le groupe de bois tropicaux Interhill .

Selon le Bruno Manser Fonds, la collaboration de l'entreprise ACCOR avec Interhill désavouerait la charte environnement édictée par le premier. Le groupe forestier Interhill est responsable du défrichage de 55'000 hectares de forêt pluviale tropicale dans l'État malais du Sarawak, sur l'île de Bornéo, et réinvestit actuellement les profits ainsi tirés dans un projet d'hôtel réalisé en commun avec le groupe ACCOR à Kuching, la capitale du Sarawak. Selon les plans d'ACCOR, le Novotel Interhill devrait être inauguré début 2010.

Des représentants du peuple autochtone que sont les Penan accusent Interhill de détruire systématiquement leurs bases vitales naturelles dans la forêt pluviale. Interhill poursuit la déforestation, en dépit de protestations répétées des Penan et de l'établissement par ceux-ci de barrages routiers. À plusieurs reprises l'entreprise aurait même payé des hommes de main armés pour intimider les villageois. De plus, en septembre dernier des femmes Penan ont formulé publiquement des reproches d'abus sexuels à l'encontre de bûcherons travaillant dans la concession d'Interhill.

À ce jour, ACCOR n'a pas encore pris position officiellement sur les reproches émis par le Bruno Manser Fonds. Suite à une rencontre la semaine dernière entre ACCOR et Interhill, une délégation du groupe hôtelier est attendue la semaine prochaine pour un entretien à Bâle. Cette information a été confirmée au Bruno Manser Fonds par Hélène Roques, directrice du développement durable au siège principal d'ACCOR à Paris .

Sarawak : ACCOR réagit à la critique du Bruno Manser Fonds

Trois semaines après le lancement de la campagne du Bruno Manser Fonds (campagne relayée par ICRA) contre un projet d'hôtel controversé dans l'État malais du Sarawak, sur l'île de Bornéo, le Bmf a déjà obtenu un succès de campagne d’envergure: le groupe français ACCOR réclame de son partenaire malais que celui-ci respecte des standards sociaux cohérents et signifie parallèlement qu'il est prêt à se retirer du projet dans la négative.

Dans le cadre de sa campagne, le Bruno Manser Fonds avait attaqué le groupe ACCOR en raison de la coopération de celui-ci avec le groupe de bois tropicaux malais Interhill. ACCOR, un groupe hôtelier de premier plan en Europe qui emploie 150'000 collaborateurs de par le monde, réalise actuellement avec Interhill l'hôtel Novotel Interhill (4,5 étoiles, 388 chambres) à Kuching, la capitale du Sarawak.

La société forestière Interhill est responsable de son côté pour une bonne part de la destruction des bases vitales du peuple autochtone que sont les Penan, dans la forêt pluviale tropicale de Bornéo. En raison du défrichage mené par l’entreprise, plusieurs villages penans de la région du Baram moyen, au Sarawak, luttent actuellement pour leur survie. Interhill y exploite une concession forestière de 55'000 hectares de forêt tropicale. Ainsi que l’a rendu public le Bruno Manser Fonds en septembre dernier, les ouvriers d'Interhill se sont en outre rendus coupables d'une série d'abus sexuels sur des femmes et des jeunes filles Penan.

Le groupe hôtelier français réclame maintenant d'Interhill que celui-ci formule et mette en œuvre des standards sociaux dans les six mois à venir: “ Nous avons demandé d'Interhill de s'engager, par écrit, à mettre progressivement en place une démarche de responsabilité sociale. (...) Le maintien de notre partenariat commercial exige que des objectifs réalistes, mais significatifs soient définis. Il suppose aussi qu'un calendreier soit arrêté, notamment pour les six mois à venir qui précèdent l'ouverture du hôtel”, a fait savoir le groupe ACCOR dans un courrier adressé au Bruno Manser Fonds.

ACCOR fait également savoir que le groupe hôtelier et le Bruno Manser Fonds poursuivaient des “objectifs qui sont largement convergents”, particulièrement “sur le front du développement local et de la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants”
.

Les Penan protestent contre la joint venture d'ACCOR avec les bûcherons malais. 05.2009

Les chefs de villages dans la forêt pluviale de Bornéo (Sarawak, Malaisie orientale) vont porter plainte contre le partenaire commercial du groupe français ACCOR.
27 chefs Penan habitant dans la forêt pluviale du Sarawak ont remis une lettre à Gilles Pélisson, CEO du groupe français ACCOR. Dans leur missive, les représentants des autochtones de Bornéo protestent contre la collaboration d'ACCOR avec le groupe forestier malais Interhill, lequel a gagné sa mauvaise réputation en saccageant la forêt pluviale tropicale du Sarawak.

Les Penan demandent au CEO d'ACCOR Gilles Pélisson de cesser le soutien apporté à Interhill, car l'entreprise pille les forêts pluviales des Penan et les exploite de façon non durable. La lettre publiée ce jour porte les empreintes du pouce et les noms de 27 chefs Penan et de 50 autres représentants communaux.

Interhill abat les arbres de notre forêt pluviale contre notre volonté et sans notre accord”, écrivent les chefs Penan. Et de continuer: “Sans forêt, nous les Penan ne pouvons pas survivre.”

Les Penan accusent Interhill d'avoir pollué leurs fleuves et critiquent le fait que les bûcherons ne montrent aucun respect pour leurs traditions.“Voilà pourquoi nous allons prochainement déposer une plainte contre Interhill” font-ils savoir.

Accord est le premier groupe européen de la branche du tourisme. Il construit en ce moment l'hôtel contesté de 388 chambres Novotel Interhill à Kuching, la capitale du Sarawak, en partenariat avec Interhill. Selon les termes d'ACCOR, le groupe de bûcheronnage malais se serait engagé en mars 2009 à respecter des standards sociaux.

Cependant, d'après les compte-rendus des Penan, la situation des communes de la forêt pluviale harcelées par les bûcherons ne s'est toutefois en rien améliorée: “Beaucoup d'entre nous souffrent de troubles de santé graves par suite des coupes de bois. La perte des zones de pêche a de lourdes conséquences et la chasse est devenue beaucoup plus difficile.”