ICRA vous informe...
mailing-list
Inscrivez-vous à nos mailing-list! et recevez toutes nos informations sur les peuples autochtones.

Actions urgentes

Brésil : Belo Monte, une catastrophe annoncée

Le barrage de Belo Monte, s'il venait à voir le jour, serait un projet plus grand que le Canal de Panama, inondant 160000 hectares de forêt vierge, déplaçant 40000 personnes issues des communautés indiennes vivant notamment sur les rives du fleuve Xingu, et détruisant les richesses inestimables que sont les habitats d'innombrables espèces propres à l'Amazonie.
Mobilisons-nous pour que ce barrage ne soit jamais construit.
Ce méga-barrage innonderait d'immenses étendues de forêt vierge et déplacerait des milliers d'Indiens d'Amazonie. Les entreprises qui tireraient bénéfice du projet ont maintes fois tenté de passer au bulldozer les anciennes lois environnementales toujours en vigueur et souhaitent démarrer les travaux dans les semaines à venir. Eletronorte, l'entreprise qui tirera le plus de profits de Belo Monte, demande que le permis de construire soit accordé même si le projet ne répond pas aux normes environnementales.

Les experts et responsables politiques qui étudient le projet de barrage le rejettent à une écrasante majorité en le décrivant comme une catastrophe annoncée. Abelardo Bayama Azevedo, qui a renoncé mi janvier à son poste de président de l'agence environnementale brésilienne, n'est pas le premier à être contraint de démissionner sous la pression des promoteurs de Belo Monte; son prédécesseur a démissionné pour la même raison l'année dernière, de même que le ministre brésilien de l'Environnement.

Le complexe Belo Monte risque d'inonder 160000 hectares de forêt vierge, d'affecter des centaines de kilomètres du fleuve Xingu, et de déplacer plus de 40000 personnes, dont des communautés issues de 18 groupes ethniques qui dépendent du Xingu pour leur subsistance. Le risque économique est si grand que le gouvernement a dû recourir à des fonds publics pour l'essentiel des 16 milliards de dollars d'investissement. Et le barrage serait l'un des barrages les moins efficaces du Brésil, opérant à seulement 10% de sa capacité en saison sèche de juillet à octobre.

Les promoteurs du projet assurent qu'il répondra aux besoins énergétiques croissants du Brésil. Mais une sorte d'énergie meilleure, plus verte et moins chère est disponible: c'est l'efficacité énergétique. Une étude du WWF a montré que l'efficacité énergétique seule pourrait générer l'équivalent de 14 barrages Belo Monte d'ici 2020. Les bénéfices d'une approche réellement verte iraient à chacun, plutôt qu'à une poignée d'entreprises dominantes. Mais seules ces entreprises emploient des lobbyistes et exercent une pression politique, sauf si un nombre suffisamment important de citoyens du monde font entendre leur voix afin que Dilma fasse le bon choix pour l'avenir du Brésil.

La construction du complexe Belo Monte pourrait démarrer dès février. Le ministre brésilien de l'Energie et des Mines Edson Lobão affirme que le prochain permis sera accordé très bientôt. Nous devons stopper Belo Monte avant que les bulldozers n'entrent en action.

Merci de signer les pétitions internationales lancées par Avaaz et International Rivers.

Pour plus d'informations

Suivi de campagne

Brésil : La justice ordonne l'arrêt partiel des travaux de Belo Monte

La Justice Fédérale a demandé le 29 septembre la paralysie partielle et immédiate des travaux de l'usine hydroélectrique Belo Monte, sur le Rio Xingù.
Le juge fédéral, Carlos Eduardo Castro Martins, a interdit au Consortium Norte Energie S.A (Nesa) d'entreprendre tous travaux qui pourraient altérer la faune, détourner le cours naturel du Rio Xingù, empêcher la navigation et les activités de pêche.
Il n'est pas raisonnable de permettre que de nombreuses familles, dont la subsistance dépend uniquement de la pêche des poissons d"ornement du Rio Xingu, soient directement affectées par les travaux du barrage en étant empêchées de pratiquer leurs activités de subsistance, sans compensation immédiate des dommages subis a affirmé le juge.
Il a fixé à 200.000 R$ l'amende journalière en cas de non respect de la décision.

Catherine Grèze, députée européenne des Verts / ALE, vice-présidente de l'Assemblée Parlementaire Euro-Latino Américaine et membre de la délégation MERCOSUR, a déclaré “Je salue la décision du juge brésilien, preuve qu'une nouvelle approche sur la construction de méga projets se développe outre-Atlantique. Avec une telle décision de justice, ce sont les effets dévastateurs sur les populations indigènes et sur l'environnement qui sont reconnus. Les efforts des opposants au projet ne sont pas vains".

"Cette décision de justice intervient au moment où le Parlement européen a voté à une claire majorité le rapport sur les infrastructures de barrage dans les pays en développement qui rappelle les conséquences négatives de la construction du barrage de Belo Monte".
“Cette jurisprudence devra changer les priorités dans les relations UE-Brésil et mettre en haut de la liste la question de ce barrage”
.

L'IBAMA (Institut brésilien de l'environnement) a accordé en Juin une license pour permettre la construction de Belo Monte, license autorisant le commencement des travaux. Le procureur fédéral du Pará a appelé à la suspension de la licence.

Norte Energia a déclaré qu'elle n'avait pas encore été notifié de la décision et qu'elle prévoiyait des actions pour atténuer les impacts sur la pêche.