Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

Un foyer pour les élèves du village Bakola de Nobonzuondi

Au Cameroun, comme pour l’ensemble des communautés pygmées en Afrique, la scolarisation des enfants est faible, de l’ordre de 5 à 10%. En effet, la mobilité des communautés entraîne souvent les enfants en forêt pour de longs mois durant les périodes de chasse ou de collecte. 

De nos jours, beaucoup de communautés pygmées, notamment celles qui ont quitté la forêt profonde, souhaitent que leurs enfants soient scolarisés. L’alphabétisation permet aux enfants d’accéder directement au monde extérieur, de se faire comprendre des administrations, de s’affranchir de la tutelle des voisins bantous et de savoir calculer lors des transactions financières. 

Pourtant, beaucoup de communautés Bakola-Bagyéli préfèrent les campements en forêt plus éloignés des pistes que les villages bordant les axes routiers ou les villages bantous.

A quelques dizaines de kilomètres de Lolodorf, une communauté Bakola a choisi de rester isolée, en pleine forêt, à quelques heures de marche de la piste goudronnée. Le campement de Nabonzuondi, signifiant, selon les maîtres des lieux, la rivière des goujons, composé de trois hameaux, Sabal, Biwambo et Biyuele, distants de quelques centaines de mètres, compte plusieurs familles regroupées au milieu d’un espace boisé très vallonné voir montagneux, traversé de rivières se transformant parfois en torrents tumultueux et même en cascades. 



Malgré leur volonté d’isolement, les habitants de Nabonzuondin souhaitent envoyer leurs enfants à l’école dans le village de Ngoyang au bord de la piste de Lolodorf qui se trouve à une dizaine de kilomètres à pieds.

La piste en forêt est difficile, les dénivelés importants et les enfants (ils sont actuellement une vingtaine), ne peuvent faire l’aller-retour chaque jour.
La communauté dispose d’un petit terrain en bord de piste à Mill, petit hameau près de Ngoyang, sur laquelle elle souhaiterait construire un foyer en dur qui permettrait aux enfants de dormir en semaine pendant les classes.

Objectifs : Construction et équipement d’un foyer d’hébergement pour permettre aux enfants du village de Nabonzuondi d’être scolarisés à l’école de Ngoyang.
Le budget avoisine 5 millions de FCFA (environ 7000 euros). 

Responsable : Paul-Félix Mimboh du Cerad qui enseigne dans le village de Ngoyang et Patrice Bigombe, directeur du Cerad.

RéalisationAu printemps 2020, nous avons réuni la somme nécessaire à ce programme, notamment avec l’aide du Rotary Club de Fleurus- Aéropole, de Travel Sensations, d’ICRA Suisse, d’ICRA Belgique et de quelques donateurs individuels. 
Un premier versement de 2500€ a été effectué au printemps 2020. 
La construction du foyer qui devait commencer en mars 2020 a pris du retard suite à la pandémie. Les communautés sont restées en forêt pour se protéger. Les écoles sont restées fermées de longs mois dans cette région du Cameroun. 



Les travaux ont commencé fin 2020, début 2021. Dans un premier temps le petit terrain de Mill où doit être construit le foyer a été défriché. Ensuite, après l’achat des matériaux et leurs transports sur le site, ce qui n’est pas une mince affaire vu l’état des routes et des véhicules de transport, la construction a pu commencer. 
Patrice nous a envoyé tout récemment les dernières bonnes nouvelles : le foyer est entièrement construit. Il reste désormais à acquérir les lits, les couvertures, les armoires et autres ustensiles de cuisine pour que les enfants puissent prendre possession des lieux. Un second versement sera bientôt effectué. 
Une rencontre est prévue en ce mois de novembre 2021 avec Paul-Félix, le Cerad et les parents des enfants pour organiser les achats, le transport de l’ensemble de l’équipement puis l’arrivée des enfants. 
Un grand merci à tous les donateurs.


Illustrations
• une partie des élèves du futur foyer.
• un des hameaux du village de Nobonzuondi.
• le foyer en cours de construction

‹ Go Back