Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

La terre des Maikiuants menacée par l'industrie minière

En Equateur, le territoire des Maikiuants est actuellement divisé entre plusieurs entreprises transnationales détenant 300 000 hectares de forêt prêts à être exploités. Cette menace pèse sur la vie de milliers de shuars et compromet l’équilibre d’un écosystème fragile.

Les Maikiuants, hommes libres, suivent leurs inspirations, travaillent en communauté, mangent à leur faim et prennent le temps de chanter et de rire pour exprimer la jouissance que procure leur liberté. 

Afin de pouvoir continuer à vivre en paix sur leur territoire et transmettre leur savoir aux futures générations, l’organisation "PUEBLO SHUAR ARUTAM (PSHA)",localisée dans la province de Morona Santiago (Equateur) revendique les points suivants au gouvernement équatorien et aux industries responsables de l’exploitation minière : 

1. Le respect de la convention nº 169 dela OIT, de la déclaration des droits des peuples indigènes formulée par l’ ONU et des droits de l’homme.
2. Le respect à la libre détermination politique, sociale, économique et culturelle des peuples Shuars. Se référencer à la déclaration des peuples indigènes de l’ONU et de l’ OIT.
3. Mettre fin à l’exploration et à l’exploitation minière effectuées sur le territoire de PSHA, réalisées sans consultation antérieure des communautés indigènes vivant sur ce même territoire. Les entreprises visées sont les suivantes : · Lowell mineral dans la communauté Warints· ECSA dans la communauté Nankints· SAN CARLOS PANANZA, CELEC. EP dans les bassins des fleuves Zamora et Santiago· ECUASOLIDOS en forêt protectrice KUTUKU SHAIMI et SOLGOOLD 
4. Ne plus extraire les ressources non renouvelables sur le territoire de PSHA.Ces terres sont indispensables à la survie du peuple Shuar. 
5. Une révision de la constitution politique d’état ainsi que des lois garantissant les intérêts de développement en faveur des communautés indigènes sur le territoire de PSHA. 
6. Établir des liens de communication avec le gouvernement national afin de développer en accord un programme interculturel s’appuyant sur la diversité culturelle de l’Equateur. 
7. Démilitariser les zones suivantes : Communautés de la parroquia Pananza et San Carlos. Ces dernières réclament paix et tranquillité pour une ouverture au dialogue. 
8. L’établissement d’un dialogue bilatéral amenant à des accords pour toute activité de développement sur le territoire PSHA 
9. Mettre fin aux persécutions envers les autorités Shuars défendant les valeurs et les intérêts des différentes communautés.