Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

Une école pour les Mentawai

La culture, le mode de vie en constante connexion avec la forêt et la spiritualité animiste Sabulungan du peuple Mentawai de l’île de Sibérut sont aujourd’hui en danger. Les clans autochtones vivent loin des villes, des villages côtiers de l’île et des villages gouvernementaux de l’intérieur.  Beaucoup sont tentés de se rapprocher de ces villages qui sont dotés d’écoles pour leurs enfants. D’autant que le gouvernement Indonésien fait tout pour inciter les tribus de l’intérieur à venir s’installer dans ces villages gouvernementaux en leur offrant des maisons.  Les écoles quant à elles sont quasi systématiquement des écoles coraniques ou chrétiennes. Tout cela ne laisse aucune autre chance à la population autochtones que de subir une acculturation systématique et parfaitement contrôlée par les autorités religieuses gouvernementales indonésiennes. Dans ce programme méticuleux d’acculturation, rien ne permet aux enfant de se relier au mode de vie traditionnel de leurs parents appelé Boudaya, ni à leur spiritualité animiste extrêmement riche appelée Sabulungan
Leurs enfants n’ont aucun accès à l’enseignement. Ceux qui veulent aller à l’école, sont contraints de s’y rendre à pieds à travers la jungle. Ce sont dans la plupart des cas plusieurs heures d’une longue marche à travers la forêt, le long des rivières, sur des terrains spongieux, une marche qui n’est pas sans danger pour les plus jeunes.  D’autres, dont les Uma sont les plus éloignées, préfèrent rester dans les internats qui flanquent souvent les écoles confessionnelles chrétiennes ou musulmanes. 

Objectifs 
Le programme proposé par notre correspondant local, Sarul Sakaliu est d’offrir une alternative à ce non choix grâce aux écoles Sabulungan de la jungle afin de dispenser aux enfants : 
• un enseignement classique de la langue indonésienne, des mathématiques et des autres matières de base; 
• un enseignement de la culture Boudaya et tout particulièrement de l’histoire, du mode de vie, des légendes, de la médecine par les plantes, de la relation à l’environnement, de la spiritualité animiste Sabulungan et plus généralement de tout ce qui constitue la riche et dense culture autochtone Mentawai. Tout cela au cœur de la jungle, en langue mentawai et indonésienne, sans rupture avec le quotidien des enfants. 

Responsable 
Saruyl Sakaliou 

Réalisations 
En 2015, Saruyl démarre seul ses tournées avant le lancement du programme et se rend une à trois semaines par mois dans différentes uma situées de une à deux heures de marche des villages de Madobak et de Kulukubuk où plusieurs familles attendent son arrivée.  Saruyl assure ce programme avec trois étudiants Mentawai. Tous les 15 jours ils se rendent à tour de rôle dans 4 uma dont 2 uma très isolées dans la jungle de Sibérut pour des cessions d’une semaine d’enseignement. Les deux uma de la région d’Atabai comptent 37 personnes dont 29 enfants âgés de 5 à 11 ans. Les deux autres uma d’Atanusa comptent 48 personnes, dont 11 enfants âgés de 7 et 8 ans. L’uma de Butui où ils enseignent depuis le début du projet compte 10 adultes et 14 enfants de âgés de 6 à 14 ans.
 Cette formule ayant ses limites, Saruyl, le responsable du programme et les équipes d’enseignants, ont envisagé en 2017 la construction d’une ou plusieurs écoles de la forêt sur le principe des grandes Uma traditionnelles.  
Construction de la première école en 2018 
Le programme se concrétisera sur le terrain dès cette année 2018 avec la construction d’une première école dans une zone reculée. Elle sera dotée d’un professeur autochtone et sera dirigée par le coordinateur du projet, Saruyl Sakaliou. Si cette première école donne les résultats espérés, et si d’autres clans et familles en font la demande, nous construirons et ouvrirons alors une seconde école. Nous pouvons ainsi espérer créer plusieurs écoles, cinq si possible dans un premier temps dans les régions de forêts les plus reculées où se sont établis les derniers clans traditionnels Mentawai. Les Mentawai sont très attachés à leurs liens claniques et familiaux et la séparation des enfants de leurs parents est une épreuve extrêmement douloureuse et préjudiciable pour eux. Le but de ces écoles est de maintenir en vie la riche culture Mentawai tout en offrant aux enfants de ces clans restés attachés à leurs traditions et à leur spiritualité la possibilité de continuer à vivre près des leurs dans la forêt plutôt que de se voir contraints à s’éxiler dans les villes et villages gouvernementaux et à se voir livrer à l’acculturation forcée qui leur y est promise.
L’association FRAT et Travel Sensations ont décidé de soutenir ce programme.

Suivez-nous