Agir avec les peuples oubliés ICRA International

La lutte du peuple Yukpa contre l'extractivisme

Les Yukpa sont un peuple de chasseurs-cueilleurs semi-nomade de la Serranía del Perijá dans le nord-est de la Colombie. Ils ont été dépouillés de plus de 85 % de leurs terres ancestrales par des vagues successives de colonisation. 
À ce jour, 16 000 hectares de leur territoire sont occupés par des mines de charbon à ciel ouvert. L’exploitation minière a entraîné la pollution de l'air et des sols, le détournement des sources d'eau essentielles à leur survie, et la perte de leurs terres ancestrales.
ICRA soutien l’appel du peuple Yukpa demandant aux autorités colombiennes la démarcation de leurs terres ancestrales.

Le dernier numéro d'Ikewan

Au sommaire du numéro 124 d’IkewanLe journal des Peuples Premiers, un thema sur le trentième anniversaire du soulèvement zapatiste au Chiapas

Avec également un article sur la nécessaire protection du parc national du Yasuni en Equateur.

Le sommaire détaillé

Victoire chez les Baka et les Bagyéli du sud-Cameroun

Les images des zones de plantations industrielles d’Hevecam et de SudCam, tournées par l’équipe d’ICRA à l’aide d’un drone au sud Cameroun en pays Bagyéli et Baka, ont été intégrées aux plaidoyers engagés avec succès auprès de ces deux entreprises par l’association APED.
Suite à ce plaidoyer, Hevecam s’est engagé à stopper la déforestation et les plantations sur cette concession : sur les 7000 hectares de la concession octroyée par l’Etat camerounais, 800 hectares resterons plantés, mais suite à cette décision, 6200 hectares de forêt sont sauvés ! La petite communauté Bagyéli de Mbébé et de Djamba respire.
Par ailleurs, chez les Baka de la région de Djoum plus à l’Est, l’entreprise SudCam s’est également engagée à stopper la déforestation. Sur les 75000 hectares acquis par SudCam, seulement 10000 hectares sont plantés.

Le foyer pour les enfants Bakola est construit

Malgré leur volonté d’isolement, les habitants Bakola de Nabonzuondi  au sud-Cameroun souhaitent envoyer leurs enfants à l’école dans le village de Mill au bord de la piste de Lolodorf qui se trouve à une dizaine de kilomètres à pieds.
La piste en forêt est difficile, les dénivelés importants, et les enfants ne peuvent faire l’aller-retour chaque jour.
Cette communauté Bakola a sollicité ICRA pour la construction d'un foyer d’hébergement pour permettre aux enfants du village de Nabonzuondi d’être scolarisés à l’école de Mill.
Le foyer accueille aujourd'hui une vingtaine d'enfants Bakola sous la responsabilité de Voubio et de son épouse du campement de Nabonzuondi.

Des ruches pour sauver les cultures des Bagyéli

Au sud-ouest du Cameroun, au sud de la ville côtière de Kribi, au cœur du pays bagyéli, les campements bagyéli et les villages bantou sont pris en tenaille entre le nouveau port de Kribi, le parc national de Campo Ma'an et les plantations de palmiers à huile et d’hévéas
Les sanctuaires des éléphants ont été détruits par l’avancée des cultures industrielles et les éléphants n’ont d’autres choix que d’aller chercher leur nourriture dans les champs des Bantou et des Bagyéli. 
Les populations ont recours à des solutions endogènes afin de stopper les éléphants aux limites des cultures, notamment en plaçant des ruches tout autour des espaces cultivés (les éléphants ont peur des abeilles qui s’introduisent dans leurs oreilles et leurs trompes ! ...
En savoir plus

ICRA International
246, av. Victor Hugo - 94120 Fontenay-sous-Bois - France
Courriel : info@icrainternational.org